Actualités

LUTTE CONTRE LA CHENILLE PROCESSIONNAIRE DU CHENE

 
 
LES CONDITIONS QUI FAVORISENT LA DISSEMINATION DES POILS URTICANTS

Face à la prolifération actuelle dans le département des Vosges, il est utile de connaître les conditions qui favorisent la dissémination des poils urticants.

Les actions qui contribuent à stresser l’insecte augmente le risque, notamment les interventions tel que le brûlage par chalumeau, le tronçonnage, l’abattage des arbres touchés. Les actions comme la destruction des branches par broyage sont à proscrire car elles favorisent la dissémination. Les conditions météo (temps chaud et sec, vent ) peuvent accroître de façon significative les distances de transport aérien des poils urticants.

Les particuliers doivent être vigilants à l’occasion de l’utilisation de tondeuses, débroussailleuses dans un environnement touché par le problème lors de périodes météorologiques chaudes et/ou venteuses. Une tenue adaptée est indispensable (cf fiche de mesures de prévention sanitaire : https://www.grand-est.ars.sante.fr/system/files/2020-05/Fiche_prevention_chenilles%20urticantes_2020.pdf ).

De même, toute initiative “artisanale” tel qu’asperger des produits comme l’ eau de javel, le carburant, tout insecticide anti-guêpes ou mouches...etc ) outre les dommages causés à l’environnement immédiat contribue à la dissémination des poils en générant un stress.

Le port d’équipement de protections est indispensable avant d’envisager une intervention sur une colonie ( combinaison, masques, lunettes, gants, bandes de protections aux poignets et dans le cou, protection de l’appareil respiratoire). Au stade actuel du développement de l’insecte, l’utilisation du Bacillus thuringiensis, est à déconseiller (l’utilisation du produit est pertinente aux premiers stades du développement, par des professionnels agrées) Même si cela peut provoquer la mort des chenilles, cela crée une situation stressante qui favorise la dissémination des poils et a des effets collatéraux sur la mortalité d’autres espèces animales.

Pour limiter la diffusion des poils, les interventions sont à privilégier par temps humide et frais, le matin, il est conseillé d’arroser abondamment avec de l’eau savonneuse ce qui permet de limiter la dispersion.

La lutte contre la chenille processionnaire du chêne, ne peut être envisagée par un moyen unique. Selon les situations et le degré d’intensité, il peut être préférable de ne pas intervenir, mais de prendre des mesures de prévention d’exposition, d’interdiction d’accès aux secteurs infectés et d’information et d’attendre le stade de la nymphose (formation du nid et transformation en papillon) pour agir ( Attention : les nids contiennent des poils qui gardent leur pouvoir urticants plusieurs mois voire années).

 
 

A lire également :