Observatoire Départemental de Sécurité Routière 2018

 
 

Dans les Vosges, sur la période 2013-2017, 16% des accidents mortels impliquent un conducteur qui dépasse la limite légale du taux d'alcoolémie. En moyenne chaque semaine dans les Vosges, 13 suspensions administratives du permis de conduire et 24 infractions pour alcoolémie sont enregistrées.

Les principaux effets de l'alcool sont :

  • le rétrécissement du champ visuel ;
  • la perturbation de la coordination des mouvements ;
  • un effet désinhibant qui amène le conducteur à sous-évaluer les risques et à surestimer ses capacités.

Baromètre ATB novembre 2018


La conduite, ou l’accompagnement d’un élève conducteur, après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée.

Dans les Vosges, en 2017, 403 suspensions administratives du permis de conduire pour usage de stupéfiants ont été prises contre 301 en 2016.

Sur la période 2013-2017, 19% des tués et 12% des accidents corporels impliquaient un conducteur positif au dépistage des stupéfiants.

Stupéfiants au volant : et vous, connaissez-vous les risques ?

Baromètre ATB octobre 2018


Chaque année, au moment du passage à l’heure d’hiver, est enregistré un pic d’accidentalité et de mortalité sur la route dont les piétons sont les premières victimes. Le passage à l’heure d’hiver est traditionnellement marqué par une sur-accidentalité routière des piétons à l’aube (8h-10h) et au crépuscule (17h-21h).

En effet, l’heure d’hiver accroît la période d’obscurité aux heures de pointe, heures auxquelles les usagers de la route sont les plus nombreux et les plus fatigués.

Dans les Vosges, sur la période 2013-2017, on comptabilise 160 accidents en agglomération qui impliquent un piéton soit 33 % de l'ensemble des accidents en agglomération.

La période de novembre à janvier est où l'on déplore le plus grand nombre d'accidents avec piétons (40%).

Parmi ces accidents avec piétons, 79 % ont lieu sur des passages pour piétons ou à proximité.

Baromètre ATB septembre 2018


Dans les Vosges, sur la période de 2013 à 2017, 42% des victimes d'accidents corporels sont des usagers vulnérables (piétons, cyclistes, cyclomotoristes et motocyclistes).

Le développement des modes actifs nécessite des infrastructures cyclables et piétonnes sécurisées et agréables les éloignant de la circulation automobile.

Lorsque la séparation entre les différents modes de transport n’est pas possible, le partage de l’espace public doit être une préoccupation constante en cherchant en particulier à réduire le différentiel de vitesse entre les usagers.

Dans la poursuite de la démarche « Code de la rue » et de l’introduction du principe de prudence à l’égard des usagers les plus vulnérables, des travaux associant les gestionnaires de voirie, les associations de piétons et de cyclistes dans le cadre du plan mobilités actives ont conduit à la publication du décret n° 2015-808 du 02 juillet 2015.

Baromètre ATB août 2018


En France, en 2017, la vitesse excessive ou inadaptée reste la cause première de la mortalité sur les routes de France. Elle apparaît dans un accident mortel sur trois.

Dans les Vosges, sur la période 2013-2017, la vitesse excessive ou inadaptée aux circonstances est aussi la première cause des accidents mortels.

En moyenne chaque semaine dans les Vosges, 4 suspensions administratives du permis de conduire et 610 infractions (hors radars fixes) pour vitesse excessive sont enregistrées.

En cas d'accident, le choc est plus violent, et les conséquences plus graves. Tout choc frontal au-dessus de 80 km/h entraîne quasi inévitablement la mort ou des séquelles irréversibles pour tout passager, même ceinturé...

Baromètre ATB juin 2018 (PDF)


En France, les mois de juillet et d’août sont traditionnellement les plus meurtriers de l’année. Au moment où les Français se préparent à se rendre sur leur lieu de vacances, la vigilance la plus totale s’impose.

Bien préparer son voyage, c’est d’abord vérifier l’état de son véhicule et de ses équipements. C’est aussi veiller au chargement et étudier son itinéraire. C’est enfin, partir et rester en forme tout au long du trajet et être à chaque instant informé des conditions de circulation et des prévisions météorologiques.

Baromètre ATB mai 2018 (format PDF)


Aujourd’hui plus personne ne conteste le retour du vélo dans les grandes agglomérations comme dans les villes moyennes. Pour autant sa part globale dans les déplacements reste faible, de l’ordre de 3%.

Désormais, on utilise aussi bien son deux-roues pour aller et revenir de son travail ou pour une pratique de loisir le week-end. L’équipement doit toujours être adapté afin de réduire le risque et la gravité des accidents corporels que peuvent subir ces usagers particulièrement vulnérables.

Baromètre du mois d'avril 2018 (format PDF)


A moto, le plus grand danger, c'est de penser qu'il n'y en a pas.

L’usage du deux-roues motorisés (cyclomoteurs, scooters, motocyclettes, tricycles et quadricycles non carrossés) s’est considérablement diversifié ces dernières années, en ville comme à la campagne. Désormais, on utilise aussi bien son deux-roues motorisé pour faire une petite course au coin de sa rue, aller et revenir de son travail ou faire un plus long trajet le week-end. L’équipement doit toujours être adapté à chacun de ces modes de déplacement. Aucun équipement ne doit être négligé car il s’agit de réduire la gravité des accidents corporels que peuvent subir ces usagers particulièrement vulnérables.

Parmi la catégorie des deux-roues motorisée, dans les Vosges, sur la période 2013-2017, les motards représentent 16% du nombre des tués alors qu'ils représentent moins de 2% du trafic. Le risque d'être tué à motocyclette est 23 fois plus élevé qu'en voiture.

Baromètre du mois de mars 2018 (format PDF)


Dans les Vosges, sur la période 2013-2017, 12 % des tués ne portaient pas de ceinture de sécurité.

En 2017, 1 035 contraventions ont été dressées pour non port de la ceinture de sécurité.

La ceinture de sécurité permet de maintenir le corps solidaire du siège. Elle est indispensable pour se protéger et pour sauver des vies.

98,5 % des automobilistes bouclent leur ceinture de sécurité à l’avant, mais encore 16 % des passagers ne le font toujours pas à l’arrière. Dès 20 km/h un choc subi sans ceinture peut être mortel.

Lors d’un choc frontal à 50 km/h, une personne de 75 kg se transforme en projectile de plus de 2 tonnes. Un véritable danger pour les autres occupants.

L’éjection d’un passager hors du véhicule est presque toujours fatale. La ceinture réduit considérablement ce risque puisqu’elle peut retenir une charge de 3 tonnes.

Baromètre du mois de février 2018 (format PDF)


Le Premier ministre a réuni le 9 janvier 2018 le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) en présence de dix ministres et secrétaires d’État. Ce CISR témoigne de l’engagement de l’ensemble du Gouvernement pour sauver plus de vies sur nos routes.

Trois axes majeurs pour la politique de sécurité routière du quinquennat ont été retenus :

- l’engagement de chaque citoyen en faveur de la sécurité routière,

- la protection de l’ensemble des usagers de la route,

- l’anticipation pour mettre les nouvelles technologies au service de la sécurité routière.

Ces trois axes renvoient à 18 mesures fortes dont la baisse de la vitesse maximale sur les routes à double sens sans séparateur central, une plus grande sévérité pour les conduites addictives (Alcool et stupéfiants) et l’usage des téléphones mobiles en conduisant, et une protection accrue des piétons.

Baromètre du mois de janvier 2018 (format PDF)