Actualités

La baignade

 
 
La baignade

1.Eaux de piscines

En juin 2021, le département des Vosges comptabilise 116 piscines déclarées ouvertes au public (25 piscines publiques gérées par une collectivité, 2 piscines publiques gérées en affermage et 89 piscines privatives à usages collectifs), représentant un total de 235 bassins.

Au titre du code de la santé publique et afin de garantir de bonnes conditions sanitaires pour les baigneurs, l’ARS organise le contrôle sanitaire des piscines, qu’il s’agisse d’établissements ouverts toute l’année (64) ou seulement durant la période estivale (52). Il s’agit de campings (25), de centre aqualudique (1), d’établissements de remise en forme (4), de centre de soins esthétiques (1), de centres de vacances (7), de gîtes (26), d’hôtels (28), d’établissements intercommunaux (13) et municipaux (11).

L’eau de chaque bassin fait l’objet d’un prélèvement et d’une analyse mensuelle par le laboratoire agréé par le ministère de la santé, Eurofins, qui vient compléter l’autocontrôle quotidien du gestionnaire de l’établissement.

L’ARS interprète les résultats des analyses et les communique aux gestionnaires des piscines. Ces résultats doivent être portés à la connaissance des usagers, par voie d’affichage. En cas de non-conformité, l’ARS averti immédiatement les exploitants et demande de prendre les mesures nécessaires, sans délai, pour assurer la sécurité sanitaire des baigneurs. Une nouvelle analyse permet de s’assurer du retour d’une eau conforme aux limites de qualité réglementaires.

2.Eaux de baignade

En juin 2021, 14sites de baignades naturelles ont été déclarées ouvertes au public et feront l’objet d’un contrôle sanitaire, permettant ainsi un suivi de la qualité microbiologique de l’eau de baignade tout au long de la saison. A noter, le département des Vosges comprend 1 site de baignade artificielle (avec 2 bassins).

L’Agence Régionale de Santé Grand Est effectue chaque année le contrôle sanitaire des sites de baignade en milieu naturel de notre région, permettant ainsi un suivi de la qualité microbiologique de l’eau de baignade tout au long de la saison.

Comme chaque année, l’ensemble des informations présentant la qualité des eaux des sites de baignade ainsi que des conseils de prévention sont mis en ligne sur le site internet de l’ARS dans la rubrique : https://www.grand-est.ars.sante.fr/baignade-en-milieu-naturel

Des supports d’information, sous la forme de cartes postales et d’affiches «Baignez-vous sans hésiter ! », sont également disponibles dans les offices de tourisme, syndicats d’initiatives, campings…qui en ont fait la commande. Ils sont également téléchargeables sur : https://www.grand-est.ars.sante.fr/baignade-en-milieu-naturel

Toutes les informations sur les résultats des contrôles sanitaires effectués pendant la saison estivale sont consultables sur le lieu de baignade et en mairie.

Les résultats des contrôles sont mis en ligne, en temps réel, durant toute la saison balnéaire sur le site : http://baignades.sante.gouv.fr

La qualité des eaux de baignade en milieu naturel est classée selon 4 catégories allant d’une eau de qualité insuffisante (I) à une eau d’excellente qualité (E). Ce classement est établi à partir des résultats d’analyses bactériologiques des quatre dernières années et permet d’apprécier globalement leur état sanitaire.

Dans le département des Vosges, 12 des 14 sites de baignade naturelle autorisés sont d’excellente qualité.

2 sites (Route du Rivage à Sanchey et Les Américains à Chaumousey) sont sans classement en 2020 car fermé sur cette période pour cause de travaux sur le lac de Bouzey. Pour rappel, ces 2 sites avaient obtenu le classement d’excellente qualité en 2019.

Enfin, conformément à la directive européenne de 2006, l’ensemble des profils de vulnérabilité pour chacune des baignades du département des Vosges a été validé par l’ARS Grand Est. Ce document a pour but d’identifier les sources de pollution potentielles pouvant affecter la qualité de l’eau et les actions à mettre en place pour limiter les risques de pollutions. Il intègre également la définition par le gestionnaire de son programme d’auto-surveillance quotidienne sur des paramètres tels que la transparence, la température, l’examen visuel.

Sur la base de ces profils de vulnérabilité, certaines baignades à risque font l'objet d'un contrôle renforcé pour le paramètre cyanobactérie.

Note gestion crise sanitaire

En 2020, puis en 2021, de nombreux établissements (piscines, thermes) ont été fermés par décret ministériel pour lutter contre la propagation de l’épidémie de SARS-COV-2.

L’ARS a accompagné les exploitants tout au long de ces périodes de fermeture en répondant à leurs sollicitations.

En amont de la réouverture, l’ARS a produit trois guides Covid-19 avec des recommandations relatives à la réouverture et au fonctionnement des piscines, baignades et des thermes. Parmi ces recommandations, il a été rappelé les jauges de fréquentation à respecter, la vidange obligatoire des bassins de moins de 10 m³, la purge des réseaux d’eau chaude associé à la recherche de légionelle après une période de fermeture supérieure à 6 semaines…

Ces guides ont été mis à jour en juin 2021 et sont disponibles sur le site : Consignes sanitaires pour la réouverture des sites de baignade, des piscines et des établissements thermaux | Covid-19 ERP | Agence régionale de santé Grand Est (sante.fr)

3.Alimentation en eau des centres de vacances, des terrains de campings, des gîtes de tourisme par des captages privés

Au titre du contrôle sanitaire, environ 113 établissements sont suivis par l’ARS Grand Est.

La campagne d’analyses débute avant la saison estivale. Les contrôles permettent de vérifier la conformité aux exigences de qualité en particulier aux normes microbiologiques des eaux de consommation humaine distribuées au public.

En cas de non-conformité, une seconde analyse de recontrôle est programmée afin de s’assurer d’un retour à la normale de la qualité de l’eau.

En cas de contamination microbiologique nécessitant une restriction d’usage de l’eau, il est demandé à l’exploitant de ne pas utiliser l’eau pour la boisson et la préparation des aliments. Ces usages doivent être réalisés à l’eau embouteillée ou en cas d’impossibilité, après avoir fait subir à l’eau une ébullition prolongée pendant au moins cinq minutes. Des précautions doivent être prises pour éviter tout risque de brûlure.

L’exploitant doit assurer l’affichage des résultats d’analyse de l’eau dans son établissement.

4.Toxico Infection Alimentaire Collective (TIAC)

Les signalements de suspicion de TIAC sont à transmettre au PFR (point focal régional) de l’ARS Grand-Est (PFR tel : 09 69 39 89 89, courriel : ars-grandest-alerte@ars.sante.fr ). Le PFR point focal régional est la porte d’entrée unique pour l’ensemble des signalements pour impact sanitaire, avec une permanence 24h/24.

En fonction de la situation, le PFR contacte les services concernés pour suite à donner.

5.Surveillance des cas de légionellose

Les cas de légionelloses communautaires ou sporadiques sont recensés par l’ARS Grand Est. Une investigation environnementale est réalisée pour chaque cas déclaré.

6.Action MISEN : lutte contre les chenilles processionnaires du chêne

Depuis quelques années, le département des Vosges connaît une prolifération exponentielle de chenilles processionnaires du chêne.

Ces chenilles se développent aussi bien en milieu forestier ou en zone urbaine (parc, jardin, arbre isolé…). Elles possèdent des poils urticants, microscopiques, qui s’accrochent facilement à la peau ou aux muqueuses et provoquent des réactions irritatives et inflammatoires (notamment de l’urticaire) accompagnées ou non de réactions allergiques. Les réactions peuvent être de plus en plus sévères lors d’atteintes successives. Ces poils très légers peuvent être emportés par le vent sur quelques kilomètres quand les conditions sont favorables (chaleur, vent sec). Ils s’accumulent également dans les nids des chenilles.

Les proliférations de chenilles processionnaires du chêne provoquent des défoliations importantes au niveau des arbres atteints par les chenilles.

Face à ces différents enjeux qui mobilisent plusieurs services d’Etat (Préfecture, DDTDirection Départementale des Territoires , ARSAgence Régionale de Santé, ONFOffice national des forêts), la Mission Inter-Service de l’Eau et de la Nature s’est mobilisée en 2020 pour apporter une réponse commune à la gestion de cette espèce nuisible.

En 2021, la MISEN propose un kit de communication comprenant :

  • une cartographie des secteurs infestés réalisée par les professionnels de la filière bois. Cette carte sera mise à jour une fois par semaine pendant la période de crise et sera incrémentée des arrêtés municipaux d’interdiction de circulation en forêt. A noter que le département des Vosges est le seul au niveau national à proposer un tel outil de communication.
  • la fiche de l’ARSAgence Régionale de Santé relatives à « Chenilles urticantes – Consignes de prévention sanitaire ». Le premier des moyens de lutte est de se protéger en adoptant son comportement ;
  • le guide de l’INRAE « La chenille processionnaire du chêne – Mieux la connaître pour mieux s’en protéger » présente les différentes techniques homologuées pour lutter contre la chenille processionnaire du chêne ;
  • une vidéo d’information réalisé à l’été 2020.

Tous ces éléments sont disponibles sur le site de la préfecture des Vosges : Chenilles processionnaires | kit de communication à destination des collectivités / Chenilles / Environnement / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État dans les Vosges

 
 

A lire également :